Shamijima


 

Shamijima 500Shamijima est une île assez intéressante dans le fait qu’elle n’est plus une île depuis un certain nombre d’années. Lorsque le Grand Pont de Seto a été conçu, elle a été rattachée à Shikoku quand une grande partie de la côte de Sakaide a été modifiée. De ce fait, et malgré sa minuscule taille, elle est moins affectée par la dépopulation que les autres îles de la région, puisque les habitants de l’île peuvent maintenant se rendre au travail en voiture et rentrer chez eux le soir, comme s’ils vivaient dans n’importe quel autre quartier de Sakaide. En fait, il s’agit même d’un coin vraiment calme et agréable à vivre si on réside dans cette ville et si la proximité du Grand Pont – et le fait qu’il faille traverser une zone industrielle peu ragoûtante pour s’y rendre – ne vous dérange pas. Shamijima a rejoint la Triennale de Setouchi en 2013.

– Superficie : 0,28 km2

– Circonférence : 2 km

– Point Culminant : 28 m

– Population : 98 (dans 49 foyers)

– Accès :

Du fait de son statut particulier, on se rend sur Shamijima par la route. Il y a même un grand parking car le Parc du Grand Pont de Seto est situé juste à côté. À noter aussi la présence du Higashiyama Kaii Setouchi Art Museum qui, s’il ne fait pas (pour l’instant ?) partie de l’Art de Setouchi, vaut quand même le détour.
Il y a aussi une ligne de bus qui relie la gare de Sakaide à Shamijima et le Parc du Grand Pont de Seto.

– Se déplacer :

Vu la taille de Shamijima, le meilleur moyen de s’y déplacer reste de marcher, ou à vélo si vous êtes venus avec.

– Art:

Entre les sessions de la Triennale de Setouchi, les seules œuvres d’art visibles sur Shamijima sont celles en extérieur. Elles sont donc visibles en permanence.

 

Œuvres d’Art sur Shamijima

 

Stratums

(2013)

par Tanya Preminger

Œuvre en extérieur, gratuite et accessible en permanence.

Sur le blog : Interview de l’artiste, l’œuvre en construction.

Avis personnel et subjectif : Elle est toute conne cette oeuvre : un cone de terre avec un chemin circulaire pour monter au sommet, mais je ne sais pas pourquoi, je l’adore. Peut-être parce que quand on y monte et quand on la descend, en suivant ce chemin qui tourne, on se sent bien, et on se sent un peu redevenir gosse pour une drôle de raison. D’ailleurs, c’est une des oeuvres préférées de ma fille.

 

Stratums - 3

 

 

Shamijima Nishinohama Beach House

(2013)

par Tetsuro Fujiyama+Tomii Architect & Associates

Le bâtiment est bien sûr visible en permanence. Il est ouvert en période estivale.

Avis personnel et subjectif : Ce bâtiment peut facilement passer inaperçu, mais si on y fait bien attention, il a une forme et des lignes assez intéressantes. Il y a aussi une petite terrasse d’où l’on peut voir de superbes couchers de soleil.

 

Shamijima Nishinohama beach house par Tetsuro Fujiyama+Tomii Architect & Associates

 

 

Love Nine-legged race, LOVE

(2013)

par Shuzo Fujimoto

Œuvre en extérieur, gratuite et accessible en permanence.

Avis personnel et subjectif : C’est un banc quoi… Bon, il a une forme quand même assez intéressante.

 

 

Stories of 12 Islands: Animation of Sea Wanderings

(Histoires de 12 îles : animations d’errances maritimes)

(2016)

par Masahiro Hasunuma

Fermé pour le moment.

Avis personnel et subjectif : Il s’agit de 12 petits flip books évoquant chacune des 12 îles de la Triennale de Setouchi. Certains sont un peu abstraits, d’autres sont plus parlants, mais tous sont vraiment magnifiques. Vu que l’oeuvre risque d’être indisponible jusqu’en 2019, vous pouvez vous les 12 animations sur la page youtube de l’artiste.