Jan 132011
 

Souvenez-vous, en octobre dernier, lorsque je racontai notre première journée sur Teshima, je fis allusion à une rencontre qui était encore trop fraîche pour pouvoir être narrée. Je pense qu’il est temps de le faire, ne trouvez-vous pas ? (non, il ne m’a pas fallu tout ce temps pour pouvoir enfin la raconter, j’ai juste pris des chemins de traverses, en particulier, j’attendais d’avoir écrit deux autres articles avant)

C’était donc le 21 octobre 2010 et nous nous étions rendus sur Teshima dans le cadre de notre visite du Setouchi International Art Festival. Nous avions accosté dans le port de Karato et nous nous dirigions à travers les rues bordées de maisons traditionnelles de ce charmant village vers notre première destination de la journée, Swaying with Laver, quand une petite femme plus très jeune nous aborda pour nous informer qu’il y avait un Matsuri non loin et que nous y étions les bienvenus si nous le souhaitions. J’étais assez surpris qu’une vieille femme n’hésite pas à, non seulement aborder des étrangers de la sorte, mais en plus à les inviter à une fête tout ce qu’il y a de plus japonais, voire local. Mais si vous êtes un lecteur (ou une lectrice, pas de sectarisme ici) assidu(e) de ce blog, vous savez maintenant que les gens de Kagawa ne correspondent pas exactement au stéréotype japonais en matière de rapports avec les étrangers et les gens de Teshima encore moins.

 

Karato sur Teshima

 

 

Donc, après avoir passé de longues (mais trop courtes) minutes à nous “balancer avec les algues” nous nous approchâmes du temple du village – ça tombait bien, il était sur la route de notre prochaine œuvre à visiter, Les Archives du Cœur – qui était dédié à Hachiman. Et un Matsuri allait effectivement y débuter. Il s’agissait du plus petit Matsuri auquel j’ai participé jusqu’à présent. Il devait y avoir 200 personnes grand maximum, mais il ne faut pas oublier que Teshima ne compte que 1000 habitants environ.

Les festivités n’avaient pas encore commencé à proprement parler, pour l’instant, participants et spectateurs étaient surtout occupés à boire et à manger. D’ailleurs, il était à peine 11 heures du matin, et la bière coulait déjà à flots.

 

 

Teshima Matsuri 1

Regardez-bien, c'est pas de l'eau qu'ils boivent...

 

Teshima Matsuri 2

 

À peine arrivés, on nous offrit directement des Onigiri et des boissons. Nous retrouvâmes très rapidement la vieille dame qui nous avait invités et encore plus d’Onigiri et de boissons nous furent offerts.

Souvent, dans ce genre de rassemblement, en tant que Gaijin présent sur les lieux, j’observe essentiellement deux types de comportements à mon égard : soit on me regarde comme une bête curieuse, soit on m’ignore tout simplement (voire même on prend bien garde à m’ignorer, à ne pas croiser mon regard et ce genre de choses). Là, à ma grande surprise, tout le monde était adorable avec nous, non seulement on nous servit plusieurs de quoi nous remplir la panse, mais le tout en nous faisant de grands sourires. Des gens me parlaient même. Bien entendu, je ne comprenais rien, alors c’était d’autres échanges de sourires. Par contre, la chose que je compris rapidement, c’est que l’on s’étonnait que je ne prenne pas d’alcool à chaque fois qu’on me proposait à boire. C’est qu’il était encore assez tôt pour ce genre de chose à mes yeux (mais pas aux leurs, vu dans quel état certains commençaient à être), et surtout je voulais garder l’esprit clair pour les visites à venir.

 

 

Teshima Matsuri 3

 

 

Teshima Matsuri 4

 

Nous restâmes encore quelques minutes mais, les festivités ne faisant que débuter, nous décidâmes de continuer un peu notre visite avant de retourner au temple un peu plus tard. En d’autres termes, nous allions voir l’œuvre de Christian Boltanski, et ensuite nous reviendrions.

 

Statue de Chien au Temple de Karato

Le temple est vieux, et a clairement besoin de rénovations. Espérons que tout l'argent apporté sur l'île par le Festival aidera à la chose.


 

Lanterne au Temple de Karato

 

 

La Plage de Karato sur Teshima

La magnifique plage entre le temple et les Archives du Cœur. Il faut absolument que j'y retourne en été.

 

Quand ce fut chose faite, et que nous étions de nouveau au pied du temple, l’activité s’en dégageant laissait entendre que la procession allait débuter d’un instant à l’autre. Et effectivement, nous vîmes bientôt passer un mini Taikodai porté par des enfants, puis un autre, un tout petit peu plus gros porté par les adolescents. Je compris alors un des secrets des Japonais quant au fait qu’ils ne sont pas impressionnés plus que ça de porter des choses aussi lourdes juste pour le plaisir, voire même ils adorent ça : c’est qu’ils le font depuis touts petits ! C’est clair, que ça fait de l’entraînement…

 

 

Teshima Matsuri Enfants

 

Teshima Matsuri Ados

Nous remontâmes alors vers le temple et nous tombâmes sur ceci :

 

 

 

(à suivre…)

Si vous avez aimé ce que vous venez de lire ou de voir, la meilleure façon de me remercier est de partager cet article avec vos contacts sur les réseaux sociaux de votre choix.

Pour ne manquer aucun nouvel article abonnez-vous au flux RSS du blog ou bien par e-mail.

Et n'oubliez pas de me suivre sur Google+, Twitter et Facebook.

Les articles suivants pourraient vous intéresser:

The following two tabs change content below.

David Billa

David vient du Sud-Ouest de la France. Après quelques années passées aux États Unis et quelques autres à Paris, c'est aux abords de la Mer Intérieure de Seto qu'il s'est finalement posé. Subjugué par la beauté de cette région malheureusement si méconnue, il a créé ce blog pour vous la faire découvrir.

Latest posts by David Billa (see all)

 Leave a Reply

(requis)

(requis)

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge

Notify me of followup comments via e-mail. You can also subscribe without commenting.