Jul 152012
 

 

Comme vous le savez très certainement si vous êtes déjà allés au Japon (voire si vous lisez des blogs sur le Japon, le sujet y étant souvent abordé), la plupart des villes japonaises ont leurs plaques d’égout personnalisées, représentant un élément célèbre de la ville.

À Takamatsu, les plaques d’égout ressemblent donc à ça :

 

 

Elles représentent un épisode célèbre de la non moins célèbre Bataille de Yashima qui se déroula en 1185 sur Yashima et aux alentours (à Takamatsu donc).

Je profite donc de l’occasion pour un mini-cours d’histoire, reprenant les grandes lignes de la Guerre de Genpei et y ajoutant une information tout à fait fascinante que j’ai apprise récemment.

Donc en gros, la Guerre de Genpei se déroula entre 1180 et 1185 et opposa deux clans, les Taira et les Minamoto dans le but de prendre le contrôle du Japon. Elle trouve sa source dans des conflits de succession impériale, l’Empereur d’alors, Antoku, n’ayant qu’un an lorsqu’il monte sur le trône en 1180, et tout un tas de monde voulait alors son pouvoir.

La Bataille de Yashima peut se résumer ainsi :

En 1185, alors que la guerre fait rage depuis plusieurs années, le clan Taira (fidèle à l’Empereur Antoku, qui a alors six ans) a dû fuir Kobe où la capitale avait été installée après avoir été contraint de quitter Kyōto. Il avait trouvé refuge sur Yashima qui était réellement une île alors (elle l’est toujours en fait, vu qu’un canal d’eau salée l’entoure), même si elle était accessible par la terre à marée basse. Un palais plus ou moins temporaire avait même été construit. De par sa configuration (un plateau assez escarpé et au bord de la mer), Yashima étant difficilement attaquable et facilement défendable.

 La clan Minamoto, à sa poursuite, avait réussi à rejoindre Shikoku, mais une tempête avait pratiquement détruit leur flotte et ce n’était qu’une petite centaine de samouraïs qui s’apprêtait à attaquer le clan Taira qui bien qu’affaibli, pouvait quand même tenir tête à un si petit groupe. Ne sachant pas que le clan Minamoto était déjà sur Shikoku, ni que sa flotte n’était pas en état, le clan Taira s’attendait à une attaque par la mer. Quelle ne fut donc pas sa surprise lorsque dans la nuit du 21 au 22 mars 1185, ce sont des dizaines, voire des centaines de feux de camp qui s’allument au sud de Yashima, empêchant toute retraite vers l’intérieur de Shikoku, ainsi que tout ravitaillement (le clan Minamoto ayant fait appel à ses sympathisants locaux pour réaliser cette tromperie). Se croyant très prochainement encerclé et assiégé, le clan Taira décide d’abandonner Yashima dès que l’assaut des samouraïs de Minamoto débute, s’attendant à voir arriver la flotte ennemie d’un instant à l’autre et de se voir bloquer tout espoir de fuite.

Le clan Taira fuira donc jusqu’à Dan no Ura (aujourd’hui Shimonoseki) où il sera finalement vaincu un mois plus tard.

Et la plaque d’égout dans tout ça ?

Elle représente Nasu no Yoichi, un samouraï du clan Minamoto qui n’hésita pas à lancer son cheval dans la mer à la poursuite d’un navire du clan Taira dont les occupants le défiaient de tirer sur leur éventail placé au bout d’un mât (et qui servait de signe de ralliement ainsi que de symbole d’invincibilité). Il tira alors son arc et une flèche unique ; et sur son cheval, à moitié galopant, à moitié nageant dans la mer, il réussit à atteindre le bateau s’éloignant dans les vagues et à faire tomber l’éventail dans la mer. Ridiculisant ainsi les Taira un peu plus.

 

La plaque est un peu plus lisible en couleur, avec Yashima en arrière-plan, et les protagonistes de l’épisode en question bien mieux visibles.

 

Mais si la grande histoire et la légende s’arrêtent là, la petite histoire possède un épisode de plus.

En effet, quelques jours plus tard, les habitants d’une des petites îles de la Mer de Seto retrouvèrent l’éventail échoué sur une plage. Peu à peu, l’épisode en question étant devenu très célèbre, l’île en question fut rebaptisée Île de l’Éventail, ou en japonais : Ohgijima… (et si l’île a été rebaptisée depuis, on s’est arrangé pour que la prononciation ne change que peu).

 

 

Si vous avez aimé ce que vous venez de lire ou de voir, la meilleure façon de me remercier est de partager cet article avec vos contacts sur les réseaux sociaux de votre choix.

Pour ne manquer aucun nouvel article abonnez-vous au flux RSS du blog ou bien par e-mail.

Et n'oubliez pas de me suivre sur Google+, Twitter et Facebook.

Les articles suivants pourraient vous intéresser:

The following two tabs change content below.

David Billa

David vient du Sud-Ouest de la France. Après quelques années passées aux États Unis et quelques autres à Paris, c'est aux abords de la Mer Intérieure de Seto qu'il s'est finalement posé. Subjugué par la beauté de cette région malheureusement si méconnue, il a créé ce blog pour vous la faire découvrir.

Latest posts by David Billa (see all)

  4 Responses to “Plaques d’Égout à Takamatsu”

  1. Merci pour cette leçon d’histoire, c’est joli en plus !

  2. Tout est toujours dans la petite anecdote ! J’adore !

    A force de te lire, je crois qu’on va essayer d’inclure quelques étapes dans le coin pour notre trip d’août. ^^;

 Leave a Reply

(requis)

(requis)

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge

Notify me of followup comments via e-mail. You can also subscribe without commenting.