Jun 302010
 

 

La visite de Zentsūji terminée, un grand bol de Wakame Udon avalé, le reste de la journée fut passée à Kotohira, plus précisément au sanctuaire de Kotohiragū ou Konpirasan pour les intimes…

J’y étais déjà allé l’an dernier, exactement un an et un jour auparavant et ce lieu m’avait fait forte impression, au point que c’était un des endroits où je tenais absolument à retourner au cours de ce voyage-ci.

Pour rappel, le sanctuaire de Konpirasan est un sanctuaire Shintō dont les origines remontent à la nuit des temps ou presque (il aurait près de 2000 ans). Il est un lieu de pèlerinage au Japon depuis environ le 14e siècle, même si déjà au 12e siècle, l’Empereur Sutoku était connu pour s’y rendre régulièrement (surtout après son exil à Shikoku ? Je le suppose). On notera que jusqu’à l’Ère Meiji, il s’agissait d’un sanctuaire à la fois bouddhiste et shintō, ceci sur le principe du “honji suijaki” un théorie bouddhiste qui veut que la plupart des Kami japonais soient en fait des manifestations (des avatars ?) de divinités bouddhiques (et donc aussi hindoues ? Pas trop sûr, mes connaissances sur le bouddhisme – et plus encore sur l’hindouisme – sont encore très limitées, mais un truc qui m’a frappé lors de ce voyage c’est l’air hindou qu’avaient à mes yeux pas mal de statues dans les temples bouddhistes). En l’occurrence, il s’agit du Kami Ō-Mono-Nushi-No-Mikoto et il était associé au dieu bouddhique Kubira, un dieu protecteur des marins et des pêcheurs, ce qui est assez étonnant quand on sait que le sanctuaire est à flanc de colline, qu’il faut monter 785 marches jusqu’au temple principal et 1368 marches jusqu’au sommet du sanctuaire, à presque 300 mètres d’altitude (en partant pratiquement du niveau de la mer).

Il est aussi vaguement connu en France parce que le Musée Guimet a exposé les peintures murales du sanctuaire datant du 18e siècle et qui sont habituellement exposés dans le musée de Konpirasan (et en fait, je ne les ai toujours pas vues).

 

Konpirasan - échoppes

Au début de la montée, on est entouré de tout un tas d'échoppes en tout genre (de la meilleure boutique d'artisanat au pire magasin de souvenirs en plastique)

 

Konpirasan - Statue Prêtre Shinto

La statue du prêtre Shintō dont j'ai oublié le nom (l'ai-je jamais su ?) et qui a rénové le sanctuaire à l'Ère Meiji pour lui donner sa forme actuelle.

 

Konpirasan - Musée

Le musée du sanctuaire

 

Konpirasan

Il y a toujours beaucoup de monde à Konpirasan

 

Konpirasan - Lanternes

Lanternes

 

Kotohiragu

Le plus gros temple, qui n'est pourtant pas le principal.

 

Kotohiragu - sommet

Le dernier temple au sommet du sanctuaire.

La montée est vraiment difficile sur les dernières centaines de mètres.

Le temple est vraiment petit et n’a rien de spécial, au cas où vous souhaitez y monter uniquement pour le voir.

C’est l’acte lui-même qui compte dans ce cas-là, comme dans le fameux adage “ce n’est pas la destination l’important, c’est le trajet.” Il peut paraître parfois un peu cliché, mais quand on vient de monter 1368, il prend toute sa signification.

La seule chose à y voir c’est la vue de la plaine :

Plaine de Kagawa depuis Kotohiragu

Enfin... à voir... quand il fait beau...

 

Kotohiragu - Intérieur du temple principal

À l'intérieur du temple principal

 

Kotohiragu - Prêtre Shinto

 

Kotohiragu - au temple principal

Au Temple Principal

 

Kotohiragu - ex-voto

N'oublions pas qu'il s'agit d'un sanctuaire dédié aux marins anciens et modernes...

 

Kotohiragu - temple principal

Encore le Temple Principal

 

Kotohiragu - Temple Principal

Toujours le Temple Principal

 

 

Dans la ville de Kotohiraelle-même rien de bien spécial (quoique je ne l’ai pas visitée de fond en comble), sinon une ancienne tour médiévale en bois et en pierre et ce pont couvert :

 

Kotohira - Pont Couvert Médiéval

 

Kotohira - Pont Couvert Médiéval (détail)

 

 

Si vous avez aimé ce que vous venez de lire ou de voir, la meilleure façon de me remercier est de partager cet article avec vos contacts sur les réseaux sociaux de votre choix.

Pour ne manquer aucun nouvel article abonnez-vous au flux RSS du blog ou bien par e-mail.

Et n'oubliez pas de me suivre sur Google+, Twitter et Facebook.

Les articles suivants pourraient vous intéresser:

The following two tabs change content below.

David Billa

David vient du Sud-Ouest de la France. Après quelques années passées aux États Unis et quelques autres à Paris, c'est aux abords de la Mer Intérieure de Seto qu'il s'est finalement posé. Subjugué par la beauté de cette région malheureusement si méconnue, il a créé ce blog pour vous la faire découvrir.

Latest posts by David Billa (see all)

 Leave a Reply

(requis)

(requis)

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge

Notify me of followup comments via e-mail. You can also subscribe without commenting.