Benesse House


Oui, je sais, je ne peux pas continuer beaucoup plus longtemps à vous parler des îles orientales de la Mer Intérieure de Seto en général et de Naoshima en particulier sans tôt ou tard vous parler de la Benesse House.

Voici donc mon premier article à son sujet.

Comme vous le savez certainement en lisant ce blog, j’ai un rapport amour / haine avec l’art contemporain. Je l’aime quand il a une valeur et une dimension sociale et humaine ; je l’aime beaucoup moins quand il est un peu trop conceptuel et uniquement une manifestation d’idées plus ou moins fumeuses d’un artiste.
De même, je préfère – et de loin – l’art quand il s’intègre dans le lieu qu’il occupe, quand il le complémente, que quand il est enfermé dans un musée.

C’est pour cela que j’avais quand même un peu d’appréhension à visiter le Benesse House Museum et qu’au final, j’en ai eu bel et bien un avis mitigé.

 

Benesse House Museum

 

 

 

Mais avant d’aller plus loin, je me dois quand même d’expliquer ce qu’est la Benesse House.

Alors voila, au Japon, il y a la Benesse Corporation, grosse maison d’édition et d’écoles privées (de cours du soir et ce genre de choses). Elle fut fondée en 1955, à Okayama, sous le nom de Fukutake Publishing Co. Ltd. (株式会社福武書店 – Kabushiki-gaisha Fukutake Shoten). Au fil des années, elle s’est développée et diversifiée, ouvrant plusieurs écoles de cours du soir et de langues en plus de son activité éditoriale. Elle fut renommée Benesse Corporation en 1995 (Benesse venant du latin bene esse qui veut dire si je ne me trompe pas bien-être). Elle n’a jamais cessé de croître au point de devenir une très grosse corporation au Japon, cotée en bourse et ce genre de choses. Mais à l’étranger, elle reste assez méconnue, même si elle est propriétaire de Berlitz depuis 2001.

C’est grâce à la Benesse Corporation et à la famille Fukutake que Naoshima est devenue ce centre d’art contemporain à la réputation mondiale et par extension que le Setouchi International Art Festival a existé. Il est assez rare qu’une grosse entreprise de ce genre s’investisse autant dans un domaine si peu lucratif et presque humanitaire.

 

 

Naoshima depuis le Benesse House Museum

Un bout de Naoshima, vue depuis le Benesse House Museum

 

Il faut remonter au milieu des années 80 pour voir la genèse du projet Benesse Art Site Naoshima.

À cette époque, Tetsuhiko Fukutake, le fondateur de Fukutake Publishing Co. Ltd, rêvait de créer un lieu de rassemblement pour les enfants du monde entier sur une île de la Mer Intérieure de Seto. De son côté, Chikatsugu Miyake, alors maire de Naoshima, rêvait de développer le sud de l’île, si possible pour en faire un lieu d’éducation et de culture. Ils se mirent donc bien rapidement d’accord pour travailler ensemble et, pour évaluer la viabilité du projet, ils fondèrent un camp de vacances pour les enfants des employés de l’entreprise.

En 1989, le Naoshima International Camp ouvre, conçu sous la supervision de l’architecte Tadao Andō – dont le nom, si vous ne le savez pas encore, est aujourd’hui indissociable de Naoshima – il s’agit d’une sorte de camping où l’on dort dans des yourtes mongoles. Un an plus tard, Frog and Cat de Karel Appel fut la première œuvre d’art à être installée sur le site.

 

 

Yourtes du Naoshima International Camp

Les yourtes du Naoshima International Camp

 

 

 

Frog and Cat de Karel Appel

Frog and Cat de Karel Appel

 

C’est à la même époque que débutent les travaux pour la construction de l’œuvre la plus connue de Tadao Andō sur Naoshima, c’est-à-dire le Benesse House Museum qui ouvrira ses portes en 1992.

Depuis, les visiteurs se font chaque année de plus en plus nombreux, jusqu’à devenir un des plus hauts-lieux touristiques de la région et un succès indéniable pour la revitalisation de cette île qui ne vivotait jusqu’alors que grâce à une raffinerie de cuivre déclinante et située sur sa côte nord (donc à l’opposé du site Benesse House, d’ailleurs peu de monde en connait jusqu’à son existence aujourd’hui)

Je laisse maintenant de côté l’historique du lieu (j’y reviendrai dans mon deuxième article sur le sujet, si je n’oublie pas) pour vous parler brièvement du musée et puis me taire et vous montrer des photos des alentours de celui-ci. Des photos de l’intérieur, vous n’en verrez pas, car même si pas mal de monde ne se gênait pas – y compris des Japonais à ma grande surprise – la prise de photos y est interdite, et moi quand je suis à l’étranger, je suis sage et respecte les règles (plus par peur de la grosse gaffe impardonnable que d’autre chose, je l’avoue).

 

 

Entrée du Benesse House Museum

L'entrée du Benesse House Museum

 

 

 

Benesse House Museum

On pouvait prendre des photos sur la terrasse. Par contre, je suis incapable de vous donner le nom de l'oeuvre.

 

 

Que dire du musée en lui-même ? Le bâtiment est exceptionnel, cela va de soit, que l’on soit fan ou non des travaux d’Andō, on se doit bien de reconnaitre son talent. Même moi, qui n’aime pas trop le béton apparent normalement, je me surprend à être indulgent avec ses créations tellement elles sont magnifiques. Quant aux œuvres exposées, je ne vais pas vous les détailler (surtout que sans support visuel cela serait fastidieux, autant pour moi à l’écrire que pour vous à le lire), simplement vous dire que comme dans tout musée d’art contemporain, il y a à boire et à manger.
Ce que j’ai vraiment aimé par contre, ce sont toutes les sculptures à l’extérieur, tout autour du musée. Elles donnaient au lieu une atmosphère vraiment unique et si quelqu’un visitant le lieu vous dit qu’il ne souhaiterait pas pouvoir s’y installer un jour, c’est que soit il est un menteur, soit il n’a pas d’âme..

Bon, je cesse là mon soliloque et vous laisse admirer ces quelques photos en attendant les prochaines.

 

 

Benesse Art Site Naoshima

Ces plaques de métal ondulent très lentement au gré du vent

 

 

Benesse Art Site Naoshima

 

 

 

Benesse Art Site Naoshima

En contrebas du musée.

 

 

Benesse Art Site Naoshima

 

 

Benesse Art Site Naoshima

 

 

Sources et autres sites d’information sur le lieu

  • Benesse Art Site Naoshima
  • Les Jardins de Sanuki
  • Franck Fleury Photography (peut-être que c’est une mauvaise idée que de lier ici un site d’un photographe professionnel, mes photos auront l’air ridicule après ça)

A propos de David Billa

David vient du Sud-Ouest de la France. Après quelques années passées aux États Unis et quelques autres à Paris, c'est aux abords de la Mer Intérieure de Seto qu'il s'est finalement posé. Subjugué par la beauté de cette région malheureusement si méconnue, il a créé ce blog pour vous la faire découvrir.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *