Bye Bye Matsunawa


 

Voila, dans moins de 24 heures j’aurai déménagé !

Après cinq ans et demi, je vais quitter mon appartement. N’ayez crainte, je ne quitte nullement Takamatsu, je change juste de quartier et vais vivre un logement plus grand parce que maintenant que Kaito va bientôt avoir deux ans, le petit appartement que nous occupons depuis mon arrivée au Japon est devenu vraiment trop petit.

 

J’ai des “sentiments mélangés” comme on dit en anglais (je préfère l’expression “mixed feelings” à l’expression équivalente française qui me fait penser à un robinet). Honnêtement, on était vraiment trop à l’étroit depuis quelques mois dans cet appartement, et je suis bien content d’en partir. Mais en même temps, ce fut mon premier logement au Japon, celui où mes enfants ont fait leurs premiers pas et tout ce genre de choses. Je me suis aussi rendu compte que c’est le logement dans lequel j’ai vécu le plus longtemps après la maison parentale. Bref, ce n’est pas juste un lieu de passage.

 

Et puis il y a le quartier (il s’appelle Matsunawa si ça vous intéresse). Je l’aime bien ce quartier en fait. On est en ville, mais on est aussi un peu à la campagne. Ça va me faire drôle de ne plus habiter à côté d’une rizière. Aucune à proximité dans mon nouveau quartier beaucoup plus urbain, mais qui reste toutefois résidentiel.
Je sens que les grenouilles vont me manquer.
Y aura-t-il des grillons en septembre ? Je ne vous ai jamais trop parlé des grillons, mais c’est vraiment une de mes choses favorites de la vie au Japon, à la fin de l’été, quand les soirées ne sont plus aussi chaudes, que l’on peut éteindre la climatisation et ouvrir les fenêtres ; à la tombée de la nuit, le chant des grillons (encore plus doux aux oreilles que leurs comparses français) est un vrai délice.

Je vais aussi habiter près d’un parc dans lequel le nombre d’arbres est assez conséquent. Les enfants sont très contents de déménager à deux pas d’un parc, mais en cette saison, j’ai peur que les cigales ne soient encore plus assourdissantes qu’ici. Juste un mauvais mois à passer.

 

Kumano-jinja, le petit sanctuaire de quartier va me manquer aussi (même si je vous avoue, je n’y allais pas tous les jours, loin de là). Pas de sanctuaire dans mon nouveau quartier. Je ne passerai plus non plus devant le Parc Ritsurin tous les matins en allant au travail.

 

Mais ne vous y trompez pas, je suis très content d’aller vivre dans ce nouveau quartier. J’échange le Ritsurin contre la Mer Intérieure de Seto et toutes mes îles adorées que je verrai presque depuis chez moi. Il me faudra juste marcher jusqu’au bout de la rue. Je serai bien plus près du centre-ville, donc beaucoup moins besoin d’utiliser la voiture (conduire en ville m’a toujours soûlé, et puis ça veut aussi dire que je polluerai moins et ferai des économies d’essence). Je pourrai me rendre au Sunport en quelques minutes à peine en vélo, je pourrai même aller au travail à pied si le temps le permet.

 

Bref, tout ça pour faire un petit adieu “officieux” au quartier qui fut le mien pendant si longtemps, mais aussi pour vous dire que je vais peut-être me faire un peu rare au cours des jours à venir. Des jours, voire des semaines, car presque aussitôt après avoir déménagé (et corrigé les examens de mes étudiants) je file en France pendant près d’un mois. Trois ans et demi que je n’y ai pas mis les pieds ! Vous imaginez ce drôle de mélange d’excitation et d’appréhension. Mais bon, je ne ferai pas totalement silence radio au pays, j’emmène des “devoirs de vacances” à savoir quelques articles à poster pour le soir quand toute la famille dormira et que la télé française aura cessé de m’intéresser de nouveau (après deux ou trois jours normalement). 😉

 

Et comme d’habitude, quand j’ai pas trop le temps de poster ici, il m’arrive de m’exprimer un peu plus sur Facebook et Twitter, alors n’hésitez pas à me suivre là-bas si vous ne le faites pas déjà.

Allez hop, je débranche l’ordinateur dans une heure ou deux. À plus tard.

 

Kumano-jinja, Matsunawa, Takamatsu

 

 


A propos de David Billa

David vient du Sud-Ouest de la France. Après quelques années passées aux États Unis et quelques autres à Paris, c'est aux abords de la Mer Intérieure de Seto qu'il s'est finalement posé. Subjugué par la beauté de cette région malheureusement si méconnue, il a créé ce blog pour vous la faire découvrir.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Bye Bye Matsunawa