Dernier Jour de la Triennale de Setouchi 2016 sur Ogijima


 

Dimanche dernier, c’était le dernier jour de la Triennale de Setouchi 2016. Et comme bien des fois cette année, la journée débuta ainsi :

 

dernier-jour-de-la-triennale-de-setouchi-2016-sur-ogijima-1

 

Bien entendu, la destination était Ogijima. La première heure sur l’île fut passée à pas grand chose, sinon un dernier déjeuner à Café Tachi. Puis à midi trente, rendez-vous sur le port :

 

 

Sur place, des pêcheurs de l’île, des artistes (Team Ogi et les trois membres présents du Groupe 1965), leurs amis et familles.

Les capitaines des bateaux et les membres de Team Ogi ont eu une petite réunion pour décider de la marche à suivre, qui sera légèrement différente à cause du vent plutôt fort, et de suite après : hop, tout le monde à bord !

 

dernier-jour-de-la-triennale-de-setouchi-2016-sur-ogijima-48

Je crois bien que c’était la première fois que je montais sur un bateau de pêche.

 

Je pense que vous avez compris où je veux en venir. Il s’agissait bien entendu de la “Danse des Bateaux” de Team Ogi. Une tradition assez récente, puisqu’elle date de 2013, où tous les bateaux peints par Team Ogi sortent ensemble du port et après un petit tour en mer, reviennent au port d’une manière émulant et honorant les pêcheurs d’autrefois, lorsqu’ils rentraient avec une pêche exceptionnelle (c’est-à-dire tous drapeaux dehors, et faisant du bruit en tapant sur des bambous et des bidons pour appeler tout le monde au quai). C’était la première fois que j’avais l’honneur de monter à bord de l’un des bateaux… Et oui, je sais, il faut que j’aille chez le coiffeur.

 

Alors que nous attendions de partir :

 

dernier-jour-de-la-triennale-de-setouchi-2016-sur-ogijima-49

Okawahara-san et Oshima-san de Team Ogi se rendent à leurs bateaux respectifs. Shima-chan était aussi de la partie.

 

dernier-jour-de-la-triennale-de-setouchi-2016-sur-ogijima-50

Jean-Christophe, pas mécontent d’être là.

 

 

Essayer de prendre des photos des drapeaux de Team Ogi avec ce vent n’était pas chose facile :

 

 

dernier-jour-de-la-triennale-de-setouchi-2016-sur-ogijima-8

Cette petite fille abandonnée sur le port, aurait bien aimé, elle aussi, monter sur un bateau. Mais la connaissant plutôt bien, je savais que ce n’était pas une bonne idée : soit elle aurait pris peur et le petit voyage aurait été difficile pour tout le monde, soit elle aurait adoré et aurait pris des risques dangereux par ce vent. Ce sera pour une prochaine fois (en 2019 ?).

 

dernier-jour-de-la-triennale-de-setouchi-2016-sur-ogijima-9Oshima-san est prêt à partir.

 

dernier-jour-de-la-triennale-de-setouchi-2016-sur-ogijima-10Je crois vous avoir parlé, il y a peu, d’un des pêcheurs d’Ogijima qui est mort d’un cancer foudroyant au printemps dernier. Il était très respecté sur l’île, et en 2009, il avait permis à Onba Factory de s’installer dans un bâtiment abandonné qu’il possédait pour débuter leur projet (en d’autres termes, cet acte fut le premier domino qui a permis la revitalisation de l’île telle qu’elle se déroule de nos jours). Je le croisais parfois, mais ne le connaissais pas personnellement. Il était là, lui aussi, juste derrière moi et dans les pensées de chacun.

 

Et c’est parti !

 

 

Malheureusement, le vent était trop fort, et les plus petits bateaux de la flotte (dont le mien) ne purent pas rester en pleine mer plus de quelques minutes, et nous nous retrouvâmes rapidement dans le port, pendant que les bateaux les plus gros restèrent un peu plus longtemps à faire un grand cercle dans la mer pour dire au revoir à Meon qui partait.

Je n’ai pas pris plus de photos (ni de meilleures) parce que le bateau tanguait vraiment beaucoup et je n’avais pas exactement envie que mon téléphone finisse à l’eau (je n’aurais peut-être pas dû laisser mon vrai appareil-photo au port, il a une bandoulière après tout).

 

dernier-jour-de-la-triennale-de-setouchi-2016-sur-ogijima-15

Voici une petite vidéo de la chose. Elle fut filmée par ma femme, qui n’a pas l’habitude de ces choses-là et devait s’occuper de deux enfants en bas âge en même temps, donc excusez-là si le film est perfectible :

 

 

dernier-jour-de-la-triennale-de-setouchi-2016-sur-ogijima-24Le drapeau que j’ai peint (avec 23 autres personnes) l’été dernier. À l’envers à cause du vent (air connu).

 

Au final, tout s’est déroulé sans problème, même si les conditions météo ont fait que la chose fut plus brève et plus calme (à bord) qu’elle peut parfois l’être. Quoiqu’il en soit, je suis vraiment content d’avoir pu y participer. Un grand merci à Oshima-san et aux autres membres de Team Ogi, sans oublier le pêcheur qui m’a pris à son bord (et dont j’ignore le nom – et que j’ai oublié de prendre en photo) pour m’avoir permis de participer.

 

dernier-jour-de-la-triennale-de-setouchi-2016-sur-ogijima-25

 

dernier-jour-de-la-triennale-de-setouchi-2016-sur-ogijima-26

Fujiwara-san de Team Ogi, et notre porte-drapeau.

 

Après la danse des bateaux, les festivités étaient loin d’être terminées. C’était ensuite l’heure du Shishi-mai (Prononcez “shishismaï” et ça veut dire “danse des lions”), une tradition que l’on retrouve partout sur Shikoku dans les matsuri et ailleurs au Japon aussi. Le Shishi-mai d’Ogijima a bien failli disparaître il y a quelques années, mais la tradition a été reprise en main par les nouveaux résidents de l’île et son avenir semble pour l’instant assuré. Plus de détails très bientôt.

En attendant, voici ce à quoi ça ressemble :

 

 

 

Et pour s’assurer que la tradition perdure, les jeunes générations aussi apprennent la danse. C’était leur première représentation en public (et avec autant de monde les regardant, les garçons sous le lions avaient un peu le trac). Y-chan, elle, s’en est sortie comme une pro !

 

 

Merci !

 

dernier-jour-de-la-triennale-de-setouchi-2016-sur-ogijima-44

Les bateaux retournent à leur emplacement d’amarrage habituel.

 

dernier-jour-de-la-triennale-de-setouchi-2016-sur-ogijima-46

 

dernier-jour-de-la-triennale-de-setouchi-2016-sur-ogijima-47

 

La journée était loin d’être terminée…

 

 


A propos de David Billa

David vient du Sud-Ouest de la France. Après quelques années passées aux États Unis et quelques autres à Paris, c'est aux abords de la Mer Intérieure de Seto qu'il s'est finalement posé. Subjugué par la beauté de cette région malheureusement si méconnue, il a créé ce blog pour vous la faire découvrir.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Dernier Jour de la Triennale de Setouchi 2016 sur Ogijima