Intéressante Découverte sur le Campus de l’Université de Kagawa


 

L’autre jour (oui bon, c’était vraiment il y a un an et demi quand j’ai commencé à y travailler – toutefois les photos sont un peu plus récentes) j’ai fait une intéressante découverte sur le campus de l’Université de Kagawa. Voyez plutôt :

 

 

Ces longs tubes (5 étages de haut) sont pleins de cailloux et de terre. Il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre qu’il s’agissait de carottes (l’échantillon géologique, pas le légume) et il ne m’a pas fallu beaucoup plus de temps pour comprendre leur raison d’être.

Et si elles ont attiré mon attention, ce n’était pas tant à cause de leur emplacement incongru (dans le bâtiment d’éducation générale du campus principal, très loin des divers départements d’ingénierie) que de ce qui était écrit à leur base, tout particulièrement les mentions d’Ogijima (男木島) et de Megijima (女木島) :

 

 

C’est au premier étage que la lumière se fit totalement :

 

 

 

Ces échantillons datent de l’époque où le Grand Pont de Seto était en projet, et je suppose que ces tests ont aidé à déterminé l’endroit idéal de son emplacement.

Et comme vous pouvez le voir ci-dessus, trois emplacements étaient à l’étude.

Celui qui est le plus à l’ouest est celui où le pont fut construit (entre Sakaide et Kojima) et là où il se tient aujourd’hui et certainement pour de nombreuses années encore. Et j’avoue que je suis très heureux qu’il ait été construit là-bas, car les deux autres options sont terrifiantes.

L’option centrale proposait de passer sur les îles de Kozuchishima et Ozuchishima. Cela peut paraître comme une option évidente, après tout, c’est le lieu où la Mer Intérieure de Seto est la plus étroite (moins de 10 km de large à cet endroit). Sauf que les deux îles, en particulier Ozuchishima, située à mi-chemin entre Shikoku et Honshu, nous offre un des paysages les plus beaux de la région, et je n’ose imaginer un pont gigantesque le détruisant complètement :

 

Ōzuchishima depuis le Sunport

 

L’option la plus à l’est est encore plus terrifiante pour des raisons évidentes. Si elle avait été retenue, le Grand Pont de Seto débuterait depuis Takamatsu (y compris tout près du quartier où madame a grandi), puis il traverserait Megijima, puis Naoshima, affectant et transformant grandement les deux îles.

Il va sans dire que si cette route avait été choisie, c’est la région entière qui serait très différente de nos jours. Benesse ne se serait très probablement jamais installée sur Naoshima, il n’y aurait donc pas de Triennale de Setouchi, non plus. Et sur une note plus personnelle, qui sait l’effet-papillon que cela aurait pu avoir sur ma vie ? Peut-être que mon épouse (encore une enfant lors de la construction du pont) aurait dû déménager, cela aurait pu avoir pour conséquence qu’elle ne parte jamais en France quelques années, et donc que nous ne croisions jamais. Je ne me serais donc jamais intéressé au Japon. Quand bien même nous nous serions rencontrés, je doute être séduit par sa ville natale et ses îles avoisinantes ainsi balafrées par ce grand pont, donc il est très probable que je ne me sois jamais installé à Takamatsu (nous serions restés en France, ou installés dans une autre région du Japon ?) Ce blog n’existerait très probablement pas.

Mais cela m’a aussi fait penser aux endroits qui sont réellement affectés par le pont. Yoshima, en partie détruite par le pont par exemple. Ou la côte de Sakaide qui est très très moche et très industrielle. Mais en fait, je me demande si elle ne l’était pas déjà avant le pont (Shamijima a été rattachée à Shikoku avant la construction du pont, donc peut-être la zone côtière était déjà plus ou moins comme ça).

Quoiqu’il en soit, soyons contents que Takamatsu, Megijima et Naoshima ont été épargnées.

 

 


A propos de David Billa

David vient du Sud-Ouest de la France. Après quelques années passées aux États Unis et quelques autres à Paris, c’est aux abords de la Mer Intérieure de Seto qu’il s’est finalement posé. Subjugué par la beauté de cette région malheureusement si méconnue, il a créé ce blog pour vous la faire découvrir.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Intéressante Découverte sur le Campus de l’Université de Kagawa

  • Telly

    Hola ! David qui philosophe aujourd’hui !
    Le choix de l’emplacement est toujours une aventure tant les oppositions sont souvent fortes. J’en sais quelque chose car des ponts sont en projets sur la Loire près de chez moi. Sais-tu s’il y a eu des opposants à ces différents projets ? A moins que seule la géologie n’ait été pris en compte ?
    En tout cas j’aime cet article qui introduit un vrai sujet sociétal.

    • David Billa Auteur de l’article

      En fait, je ne connais presque pas l’histoire du projet, sinon que le pont était très attendu par les gens de Shikoku, qu’il allait désenclaver la région, ce qui est vrai, mais il a eu aussi pour effet d’accélérer la dépopulation de l’île : s’il est plus facile d’y aller, il est aussi plus facile d’en partir. Mais globalement je pense qu’il a été plutôt bénéfique (sauf pour les compagnies de ferries qui relient Shikoku à Honshu – à Takamatsu, l’avant-dernière a fermé il y a trois quatre ans, et la dernière a été rachetée par une compagnie de ferries de Shodoshima).
      Mais pour l’économie du coin, c’est quand même assez bénéfique je pense (par exemple, puisqu’on parle de l’université, un bon tiers des étudiants viennent d’Okayama – dans certaines classes j’ai plus d’étudiants d’Okayama que de Kagawa).

      Mais je ne réponds pas à ta question… En fait, je ne sais pas s’il y a eu des oppositions ou non, mais j’imagine bien que des gens à Takamatsu n’avaient pas super envie que le pont traverse la ville ainsi.

      Et merci pour le compliment, il faudrait que j’écrive plus de sujets sociétaux, mais je me refuse à écrire des sujets sur “Le Japon” dans son ensemble, (on tombe de suite dans les clichés et généralisations abusives) même si je suis sûr que ça boosterait mon trafic.
      Des trucs plus locaux, ouais, je voudrais en écrire plus, mais je manque souvent de données exactes (disponibles seulement en japonais la plupart du temps, et il faudra encore quelques années avant que je ne sache le lire couramment).

      Toutefois, j’ai un article de prévu pour… un jour… à propos du scandale de Teshima (je ne sais pas si tu connais, j’y ai fait allusion récemment sur ma page Facebook)

      • Telly

        Merci pour ta longue réponse très intéressante.
        En France nous avons eu, à une moindre échelle il est vrai, le même phénomène avec la construction de pont reliant l’île d’Oléron et l’île de Noirmoutier au continent. Les économies ont été bouleversées. Et pour le coup le tourisme a fait des ravages !