Pocari Sweat


 

La boisson estivale du jour n’est pas une rareté, et je ne l’ai pas découverte cette semaine non plus, puisque c’est l’une des boissons les plus facile à trouver au Japon. Elle est effectivement en vente dans à peu près tous les distributeurs automatiques, tous les konbini et tous les supermarchés (du moins dans mon coin de Japon).

Il s’agit du Pocari Sweat.

 

Pocari Sweat

 

Si vous ne connaissez pas, sachez juste que c’est une boisson de type Gatorade et Powerade, c’est à dire qui contient le genre d’électrolytes que l’on perd quand on transpire, et qu’il est donc conseillé de boire quand il est très chaud et/ou quand on fait du sport. Je n’ai aucune idée de la véracité de la chose (réalité médicale ou argument de vente, telle est la question), mais c’est pas désagréable quand il faut chaud. Le goût est assez neutre, juste un vague arrière-goût d’agrume indéterminé (on me souffle dans l’oreille : pamplemousse… bien, si vous le dites), et c’est très rafraichissant.

Mais ce qui est surtout marquant avec cette boisson c’est bien évidemment son nom : Pocari Sweat, puisqu’il s’agit d’un splendide exemple d’Engrish.

Pour les plus récalcitrants à l’anglais d’entre vous, je rappelle que sweat veut dire transpiration. Je rappelle aussi au passage que la prononciation est assez proche de [swaite] et pas du tout [swouite] (ça c’est “sweet” qui veut dire “sucré” ou “doux”) comme je l’entends trop souvent en France – et donc votre “sweat shirt” n’est pas un “pullover doux” encore moins un “pullover sucré” mais un “pullover pour transpirer,” désolé de casser vos rêves.

Mais revenons à notre Pocari Sweat. Apparemment, le mot “sweat” fut introduit dans le nom car pour 80% des Japonais, ça n’aura de toute façon aucune signification, et pour ceux qui ont de vagues souvenirs de leurs cours d’anglais au lycée (18% donc – ces chiffres sont les miens et ne sont basés sur rien d’autres que mon pifomètre), oui, il feront le rapport avec la transpiration, mais n’iront pas jusqu’à penser que c’est la boisson elle-même qui est appelée “transpiration”, il faut être un anglophone qui cherche la petite bête pour ça.

Quant à moi, j’aime bien imaginer qu’il s’agit bel et bien de sueur de pocari que nous buvons. Le pocari étant un animal tout droit sorti de mon imagination, assez proche du daim (ne me demandez pas pourquoi, c’est ce que le nom m’inspire), et dont la transpiration a des vertus inexploitées par la plupart, sauf par Otsuka Pharmaceutical (l’inventeur de la boisson) qui a offert au monde le Pocari Sweat (Mais comment traite-t-il les pocaris et comment récupère-t-il cette sueur ? Cela reste un mystère complet).

 

 


A propos de David Billa

David vient du Sud-Ouest de la France. Après quelques années passées aux États Unis et quelques autres à Paris, c'est aux abords de la Mer Intérieure de Seto qu'il s'est finalement posé. Subjugué par la beauté de cette région malheureusement si méconnue, il a créé ce blog pour vous la faire découvrir.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 commentaires sur “Pocari Sweat