Souvenirs de la Triennale de Setouchi 2016


 

Je faisais un peu de rangement et je me suis dit que ces quelques souvenirs de la Triennale de Setouchi 2016 pourraient vous intéresser (ou pas) :

 

Le dernier jour de la Triennale,
j’ai hérité d’une paire de chaussons du projet Ogi School PSS40 du Group 1965.

 

Mon passe de presse pour la session d’automne.

 

Mon “Art Passport”

 

Toutes les œuvres que j’ai vues cette année. Comme vous pouvez le voir, j’ai presque fait l’impasse sur Naoshima cette année, je n’ai malheureusement pas pu me rendre ni au Port de Uno, ni à Oshima, ni à Takamijima. Par contre, carton plein pour Megijima, Ogijima, Inujima, Shamijima, Honjima, Ibukijima, et surtout 44 œuvres sur 48 sur Shodoshima, ils doivent pas être nombreux ceux qui en ont vu plus que moi sur cette île (lors de ma dernière visite, les bénévoles en charge de tamponner le passeport étaient tous impressionnés 😉 ).

Voila, c’est tout pour aujourd’hui, je reviens bientôt (ce week-end ?) avec quelque chose de bien plus intéressant. Vous avez peut-être une idée de ce dont il s’agit si vous me suivez sur les divers médias sociaux. 🙂

 

 


A propos de David Billa

David vient du Sud-Ouest de la France. Après quelques années passées aux États Unis et quelques autres à Paris, c'est aux abords de la Mer Intérieure de Seto qu'il s'est finalement posé. Subjugué par la beauté de cette région malheureusement si méconnue, il a créé ce blog pour vous la faire découvrir.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Souvenirs de la Triennale de Setouchi 2016

    • David Billa Auteur de l’article

      Je ne te le fais dire (pour la passion des Japonais pour les tampons).
      Merci pour la pugnacité, même si je m’y suis mal pris cette année, j’ai quand même raté trois lieux. Le truc c’est que j’ai eu des vacances en mars cette année (elles étaient en octobre en 2013) et j’ai trop pris mon temps à ce moment-là (pour Uno par exemple, j’aurais pu y aller à ce moment-là) et ensuite, je n’ai pas eu assez de temps pour tout le reste à l’automne (et il faisait trop chaud en été pour courir à droite à gauche tout les week-ends).