Triennale de Setouchi 2016 – Informations Pratiques


Triennale de Setouchi 2016

 

La Triennale de Setouchi 2016 s’est achevée. Notez que les informations contenues dans cette page ne sont plus toutes correctes, prenez les avec des pincettes qui vous vous rendez dans la région dans un futur proche.

Tous les trois ans, dans la Mer Intérieure de Seto, se déroule un festival d’art contemporain unique et à ne pas rater, et ceci, même si votre intérêt pour l’art n’est pas très développé. En effet, son but n’est pas uniquement d’exposer les œuvres d’art d’un certain nombre d’artistes, mais aussi et surtout de revitaliser la région, c’est-à-dire les îles de la mer intérieure comprises entre les préfectures d’Okayama et de Kagawa. Une des plus belles régions du Japon, parsemée d’îles magnifiques, toutes à la culture, l’identité et l’histoire uniques, mais qui sont toutes victimes de dépopulation et qui sont en grand danger de disparition.

Depuis 2010, et inspirés par le succès de Naoshima, deux hommes, Fram Kitagawa et Souichiro Fukutake ont décidé d’étendre l’expérience à toute la région, et aujourd’hui, six ans plus tard, et même si rien n’est gagné, l’opération semble être un succès. Les îles attirent des visiteurs, certaines voient même leur population augmenter pour la première fois depuis plusieurs décennies. Mais c’est un combat qui est encore loin d’être terminé, et de nouveau cette année, lors de trois périodes (au printemps, en été et en automne), les îles vont se voir investir de dizaines d’œuvres d’art et autres évènements culturels.

Mais si vous lisez tout ceci, vous connaissez peut-être tout cela, et ce sont surtout des informations pratiques qui vous intéressent, n’est-ce-pas ?

C’est parfait, vous êtes au bon endroit pour ça.

Tout d’abord, deux liens qui pourraient vous intéresser:

Œuvres d’art de la Triennale de Setouchi

 

Articles du blog parlant de la Triennale de Setouchi

 

Distant Memory - Chiharu Shiota

Distant Memory – Chiharu Shiota

 

Maintenant, ce pour quoi vous êtes sur cette page :

Conseils et informations pratiques pour la Triennale de Setouchi 2016 :

 

Je mettrai cet article à jour au fur et à mesure des questions supplémentaires qui viendront, avec annonce de ces mises à jour sur les réseaux sociaux habituels. Tiens puisqu’il est question de réseaux sociaux commençons par deux liens qui pourraient vous être utiles. J’ai créé une communauté dédiée à la Triennale de Setouchi sur Google+ (en anglais toutefois) et une liste des œuvres sur Foursquare/Swarm. Si vous êtes utilisateurs de l’un ou l’autre de ces services, je vous conseille chaudement de les suivre.

 

Liminal - air - Core de Shinji Ohmaki

Liminal – air – Core de Shinji Ohmaki

 

Comment se rendre à la Triennale de Setouchi 2016 ?

Bien évidemment, tout dépend de votre point de départ.

Si vous êtes déjà au Japon, le moyen le plus simple sera certainement le train. Le shinkansen permet d’aller à Okayama et de là, vous pouvez prendre un autre train pour Takamatsu ou le Port de Uno, les deux points d’accès principaux aux îles.

Si vous êtes à l’étranger, sachez que l’aéroport de Takamatsu est un aéroport international avec des vols pour et depuis Séoul, Shanghai et Taipei. En d’autres termes, si vous êtes en France, vous pouvez voler depuis la France vers l’une de ces trois villes et ensuite vers Takamatsu sans faire le détour par Tokyo ou autres. Par exemple, et cela surprend souvent les Français qui vont au Japon, sachez que je n’ai jamais mis les pieds ni à Narita, ni à Haneda : il m’est déjà arrivé de me poser à Osaka, mais la plupart du temps, je passe par Séoul, avec un gain de temps et une économie d’argent non négligeable par rapport à un vol Paris – Tokyo – Takamatsu.

 

Memory Bottles de Mayumi Kuri

Memory Bottles de Mayumi Kuri

 

Où rester le temps de votre séjour dans la région de Setouchi ?

Vous imaginez certainement vous installer dans un minshuku sur l’une des îles, aller passer la journée sur une île différente chaque jour et rentrer à votre “camp de base” le soir. Si cette idée paraît formidable a priori, elle est malheureusement loin d’être réaliste. Une des conséquences de la dépopulation de la région c’est que les îles ne sont que peu ou pas connectées les unes aux autres. Certes, durant la Triennale, il y a des bateaux supplémentaires ici ou là, reliant des îles ne l’étant pas habituellement, mais établir sa base sur une des îles restera un casse-tête d’organisation et ne sera vraiment pas pratique.

En fait, le meilleur lieu où rester pendant la Triennale de Setouchi est Takamatsu. La ville reste le “centre” des lieux où la Triennale est installée dans le sens où c’est le seul endroit d’où vous pouvez accéder directement à tous les autres (sauf Inujima). C’est aussi le lieu où il y a le plus d’hôtels et autres lieux où dormir.

Ceci étant dit, si vous êtes un roi ou une reine d’organisation et pouvez très bien communiquer en japonais, vous pouvez aller d’île en île sans avoir un lieu où rentrer tout les soirs. C’est-à-dire, visiter une île un jour, y dormir, partir le lendemain pour un autre, y dormir, etc. Si vous choisissez cette option, elle est réaliste si vous vous sentez de faire autant de recherches et réservations différentes que vous passerez de nuits dans la région. Mais le jeu peut en valoir la chandelle. Cela vous permettra aussi de découvrir les îles de nuit, chose dont peu de visiteurs font l’expérience.

 

Naoshima Pavilion de Sou Fujimoto

Naoshima Pavilion de Sou Fujimoto

 

Acheter un “Art Passport” ou pas ?

Tout dépend de combien de temps vous allez rester et surtout de combien d’œuvres d’art vous souhaitez voir et visiter.

Le passeport pour les trois sessions (printemps, été, automne) coûte 5000 yens pour les adultes, 3500 yens pour les lycéens (gratuit pour les moins de 15 ans). Il est en vente jusqu’à la fin de la session de printemps. Le passeport pour la session de printemps seulement coûte 4500 yens pour les adultes, 3000 yens pour les lycéens. Je ne connais pas les prix pour les sessions d’été et d’automne, ni s’il y aura un passeport pour deux sessions seulement, mais attendez-vous à des prix similaires.

Maintenant, pour vous donner une idée, voici les prix des différentes œuvres d’art et installations si on y accède individuellement. Les œuvres en extérieur sont bien entendu gratuites. L’accès aux œuvres individuelles (habituellement dans des maisons abandonnées et rénovées) coûte 300 yens, l’accès à certains lieux hébergeant plusieurs œuvres coûte parfois 500 yens. L’accès aux musées coûte entre 1000 et 2000 yens environ (avec le passeport certains musées sont gratuits, d’autres ont des prix réduits).

Donc, pas besoin de vous lancer dans des calculs plus ou moins compliqués ; à moins que vous ne passiez qu’une seule journée sur une île et que vous ne visitiez que peu de choses, l’achat d’un Art Passport sera toujours une bonne idée (visiter tout l’art d’une seule île revient en général plus cher que l’achat du passeport).

 

Ogijima's Soul de Jaume Plensa

Ogijima’s Soul de Jaume Plensa

 

Acheter un “Ferry Pass” ?

Il existe aussi un Ferry Pass valable trois jours consécutifs, coûtant 2500 yens et permettant l’accès gratuit à presque tous les ferries liés à la Triennale.

Cette année, le passe fonctionne de manière différente à celle d’il y a trois ans (si jamais vous étiez venus à l’époque). Il est certes moins cher, valable trois jours au lieu de deux, mais on ne peut plus prendre les ferry rapides gratuitement.

Les ferries où le passe est utilisable sont les suivants (avec les prix normaux de traversée pour un aller-simple) :

  • Takamatsu – Naoshima (Miyanoura) : 520 yens.
  • Uno – Naoshima (Miyanoura) : 280 yens.
  • Takamatsu – Uno : 690 yens.
  • Takamatsu – Megijima – Ogijima : 510 yens pour Ogijima, environ la moitié pour Megijima.
  • Uno – Teshima (Ieura) – Teshima (Karato) – Shodoshima (Tonosho) : respectivement 770, 290 et 480 yens pour chaque tranche.
  • Takamatsu – Shodoshima (Tonosho) : 690 yens.
  • Takamatsu – Shodoshima (Ikeda) : 690 yens.
  • Takamatsu – Shodoshima (Kusakabe) : 690 yens.

Je vous laisse calculer s’il est avantageux pour vous de l’acheter selon vos projets de visite.

 

Onba Factory

Onba Factory

 

En voiture ou en vélo sur les îles ?

Peut-être vivez-vous au Japon et possédez une voiture, peut-être en avez-vous loué une pour visiter le pays. Et maintenant, vous vous demandez si l’emmener sur les îles est une bonne idée ou non. Vous pourriez aussi avoir envie d’y apporter votre vélo.

J’ai tout de suite envie de répondre que non, c’est une très mauvaise idée… Mais toutefois avec quelques bémols.

Tout d’abord sachez que sous l’appellation de “ferry” il y a des bateaux très différents d’une île à l’autre, certains pouvant embarquer des véhicules, d’autres pas du tout, même pas un vélo.

En gros, depuis Takamatsu vous pouvez mettre votre véhicule dans les ferries à destination de Naoshima, Megijima, Ogijima et Shōdoshima uniquement. Depuis Uno, vous pouvez embarquer votre véhicule à destination de Naoshima, Teshima et Shōdoshima. Je ne connais pas les tarifs exacts par contre, mais ils ne sont pas bon marché (il faut compter environ 10 000 yens, je pense).

Toutefois, c’est à mon avis une très mauvaise idée que d’emmener sa voiture sur Naoshima, Megijima et Ogijima. Sur Ogijima, elle vous sera tout simplement inutile. Sur Megijima, elle vous sera utile uniquement pour monter à la grotte aux Onis (ou si vous souhaiter découvrir la “côte ouest” de l’île, après tout, il y aura une œuvre d’art là-bas à partir de l’été). Sur Naoshima, si une voiture peut-être utile pour se déplacer d’un coin à l’autre de l’île, c’est se garer à certains endroits qui peut poser problème – par exemple du côté de la Benesse House, je ne me souviens pas y avoir vu de parking – il y en a un au Chichu Art Museum par contre.

En ce qui concerne les vélos, ils vous seront complètement inutiles sur Ogijima (sauf pour aller au phare de l’autre côté de l’île, et encore), peu utiles sur Megijima sauf pour faire le tour de l’île dans la campagne (pas de malentendu, un vélo est utile sur Megijima, mais pas dans le cadre d’une visite de la Triennale de Setouchi), par contre, un vélo est probablement le meilleur moyen de transport pour visiter Naoshima (un peu trop grand à pied, quant aux bus, ils ont vite tendance à être surchargés en période de festival).

Qu’en est-il de Teshima et Shōdoshima ?

Shōdoshima est une grande île, beaucoup plus grande que les autres îles de la région (regardez sur une carte pour vous faire une rapide idée) et si vous avez l’opportunité de visiter Shōdoshima en voiture, je vous le conseille chaudement, surtout si vous ne disposez pas de beaucoup de temps. Par contre, un vélo sera réservé aux cyclistes avertis, une bonne partie de l’île étant montagneuse.

Pour Teshima, une voiture peut-être utile, mais personnellement, je le déconseillerais essentiellement parce que je pense que Teshima est une île que l’on visite en prenant son temps, en voiture vous manqueriez des petits coins charmants et aussi intéressants que l’art sur l’île. Pour les vélos, si la taille de l’île s’y prête, certains côtes ardues peuvent décourager ceux qui ne sont pas des cyclistes avertis. Toutefois, notez la possibilité de louer des vélos électriques dans les ports d’Ieura et de Karato, ils sont probablement le meilleur moyen de visiter l’île, mais si vous ne venez pas avec le premier bateau, les chances qu’il en reste à votre arrivée sont très faibles, ils sont en général pris d’assaut.

Et les autres îles ?

Inujima se visite à pied.

Oshima aussi.

Shamijima se visite à pied, toutefois, l’île ayant la particularité d’être rattachée à Shikoku, la voiture reste le meilleur moyen de s’y rendre.

Sur Honjima, une voiture peut-être utile, mais un vélo le sera beaucoup plus. Il y a aussi un service de bus.

La marche est le meilleur moyen de visiter Takamijima, Awashima et Ibukijima.

 

Teshima Art Museum de Ryue Nishizawa et Rei Naito

Teshima Art Museum de Ryue Nishizawa et Rei Naito

 

Combien de temps faut-il pour visiter les îles de la Triennale ?

Vous avez peut-être lu ici ou ailleurs qu’environ une journée est nécessaire pour visiter les grosses îles, et une demi-journée pour les îles les plus petites.

N’en croyez rien !

Certes, si vous visitez uniquement les œuvres d’art et les installations, et ceci en vous dépêchant, en vous contrefichant de toutes les autres choses que les îles ont à offrir (ce qui serait très regrettable), et si vous avez énormément de chance avec les files d’attente, alors oui, ces estimations sont réalistes…

Par contre, si vous voulez aussi profiter de votre séjour sur les îles, sans courir, en les appréciant, en prenant en compte le fait que parfois vous devrez faire la queue, que peut-être vous vous perdrez au détour d’une rue, que vous aurez aussi envie de vous reposer, de prendre un verre, et autres, je vous conseille plutôt de suivre les estimations suivantes :

  • Naoshima : d’un jour et demi à deux jours.
  • Teshima : une journée est possible si vous êtes motorisés, sinon ajouter une demi-journée supplémentaire.
  • Inujima : on peut la visiter en quelques heures, mais votre temps sur l’île sera très dépendant des rares bateaux qui la desservent. Soyez bien sûr de prévoir l’heure de votre retour à l’avance. D’ailleurs, en arrivant sur l’île (sauf si vous venez du port de Hoden) il vous sera demandé quel est votre bateau de retour et on vous donnera un ticket pour celui-ci (un ticket pour “réserver” votre place, il vous faudra quand même acheter votre ticket de retour si vous ne l’avez pas encore fait).
  • Ogijima : une demi-journée est suffisante pour l’art et seulement l’art, mais ce serait vraiment dommage de vous limiter à ça, n’oubliez pas que c’est l’une des îles les plus charmantes et les plus accueillantes de la Mer Intérieure de Seto.
  • Megijima : une demi-journée suffit.
  • Oshima : une visite d’Oshima dure environ deux heures. Notez que vous n’avez pas trop le choix, même s’il est possible de rester plus longtemps sur l’île, les visites se font uniquement guidées. De plus, les places sont très rares sur le bateau pour vous y rendre. Soyez sûr de vous renseigner au bureau d’information du Sunport de Takamatsu très à l’avance.
  • Shodoshima : si vous n’avez pas de voiture, il vous faudra plus de deux jours pour visiter tous les sites. En voiture, une journée est possible en ne visitant que l’art (mais je vous ai déjà dit que c’était une très mauvaise idée), donc compter deux jours.
  • Shamijima : quelques heures suffisent.
  • Honjima : environ une journée.
  • Takamijima : une demi-journée devrait faire l’affaire.
  • Awashima : possible en une demi-journée, mais je vous conseille d’y passer plus de temps que ça.
  • Ibukijima : il ne faut pas la journée entière pour la visiter, toutefois, elle est très loin des autres îles, il n’y a pas tant de bateaux que ça, donc je vous conseille d’y passer plus ou moins la journée et de voir ce que l’île a à vous offrir.

Pour résumer, visiter les sept îles principales devrait vous prendre entre six et neuf jours.

L’art de Shamijima n’est présent qu’au printemps, et quelques heures suffisent à la visiter.

Honjima, Takamijima, Awashima et Ibukijima n’intègrent le festival qu’à l’automne et il vous faudra entre trois et quatre jours pour les visiter.

 

The Star Anger de Kenji Yanobe

The Star Anger de Kenji Yanobe

 

Voila, c’est tout pour l’instant pour mes conseils de visite de la Triennale de Setouchi. Je mettrai la page à jour si le besoin s’en fait sentir, soit parce qu’on m’aura posé une question pertinente et non traitée ici, soit parce que j’aurai réalisé que j’ai oublié un point important car il me semblait évident mais il ne l’est peut-être pas pour quelqu’un qui n’est pas habitué au festival.

En attendant, j’espère que tous ces conseils vous ont été utiles, et que vous passerez un moment formidable dans les îles de Setouchi.

Oh… J’ai failli oublier : “Setouchi” ça se prononce “Séto-outchi” 🙂