House of Shōdoshima


Comme tous les gens s’intéressant un minimum au Setouchi International Art Festival, l’été dernier, avant de m’y rendre, j’avais vu quelques photos de House of Shōdoshima (小豆島の家 – Maison de Shōdoshima) sur le web, vu que c’était l’une des œuvres les plus photographiées, peut-être avec Straw Art, située tout à côté, et A Town Between the Sky and the Sea.

House of Shodoshima

Ce que je voyais, c’était une drôle de maison en bambou, et j’avais un peu de mal à me faire une opinion un peu plus éclairée à son sujet.

Car pour cela, il me fallait la voir en vrai cette Maison de Shōdoshima ! Je ne sais pas vous, mais quand j’étais petit, je rêvais d’une cabane en bambou, j’avais même commencé à en construire une un jour (j’avais moins de 10 ans, donc vous imaginez que les travaux n’ont jamais été très avancés). Celui qui est allé au bout de cette idée c’est Wang Wen-Chih, car ce n’est pas une cabane, mais presqu’une cathédrale, de 15 mètres de haut, faite de bambous tissés, qu’il a construit dans la campagne de Nakayama sur Shōdoshima.

House of Shodoshima

Mais le plus incroyable c’est quand on entre dans cette House of Shōdoshima, le bambou a un effet isolant qui fait que même s’il faisait plutôt chaud à l’extérieur ce jour-là, la température chuta automatiquement de quelques degrés (pas plus d’un ou deux, mais assez pour le ressentir). Ce n’est pas tout, les sons aussi y sont atténués, même si je ne suis pas sûr que cela provienne exactement de la nature du bambou, peut-être que tout simplement, impressionnés par la majesté du lieu, les gens y parlent plus doucement spontanément. Et spontanément, nous fîmes aussi ce que tous les visiteurs firent, c’est-à-dire ôter nos chaussures et se reposer quelques minutes sur la partie surélevée au centre de l’édifice. C’est là que l’on découvre aussi que si le plafond de la cabane est tout simplement époustouflant de beauté, s’allonger sur du bambou, ça fait assez mal quand même.

House of Shodoshima

Si j’ai bien tout suivi, House of Shōdoshima existe encore, mais on ne peut plus y entrer. Va-t-elle rester indéfiniment ? Je ne le sais pas trop. D’un côté, elle rajoute une splendeur un peu surréaliste à ce petit coin de campagne dont il serait dommage de se séparer. De l’autre, j’imagine mal comment l’entretenir et l’empêcher de tomber peu à peu en morceaux sur le long terme.

Avant de terminer, je me dois de parler de Voices of the Disappeared People (声なき人々の声 – Voix des Disparus) de Dadang Christanto. Une œuvre que j’ai honteusement confondue avec une sorte de décor de House of Shōdoshima (et peut-être que vous aussi en regardant les photos précédentes) puisqu’il s’agit de ces centaines de tiges de bambous séchés de cinq mètres de haut (il y en avait environ un millier) plantées ici ou là dans le sol autour du bâtiment!

À ma décharge, l’intérêt de cet œuvre réside dans les sons qui sortent de ces bambous quand il y a du vent, un son similaire à celui des flûtes de bambous des fermiers d’Indonésie d’où est originaire Dadang Christanto, un son qui emplit normalement toute la vallée et dont je ne pourrai vous parler parce que –vous l’aurez compris- quand j’ai visité la vallée, il n’y avait malheureusement pas un brin de vent.

Voices of the Disappeared people

 

[iframe: width= »425″ height= »350″ frameborder= »0″ scrolling= »no » marginheight= »0″ marginwidth= »0″ src= »http://maps.google.com/maps/ms?ie=UTF8&hl=en&msa=0&msid=212441473012985392543.00049568904123b8af3e7&ll=34.50256,134.240334&spn=0.006189,0.00912&t=k&z=16&output=embed »]
View Setouchi International Art Festival 2010 in a larger map


A propos de David Billa

David vient du Sud-Ouest de la France. Après quelques années passées aux États Unis et quelques autres à Paris, c'est aux abords de la Mer Intérieure de Seto qu'il s'est finalement posé. Subjugué par la beauté de cette région malheureusement si méconnue, il a créé ce blog pour vous la faire découvrir.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *