Après le Typhon


Comme vous le savez peut-être, hier un typhon a traversé l’Ouest du Japon et m’est passé dessus. Il était nommé Talim dans les pays qui nomment les typhons. Mais au Japon, on préfère les numéroter, et c’était donc le typhon numéro 18.

C’était, je pense, le typhon le plus fort depuis que je vis au Japon : l’équivalent d’une très forte tempête tropicale, presque un ouragan, si on compare aux phénomènes météorologiques de l’Atlantique.

Une petite parenthèse de nomenclatures au passage : si en théorie, cyclone, ouragan et typhon sont la même chose, dans la pratique, au Japon, on appelle aussi typhon les tempêtes tropicales, voire même les fortes dépressions tropicales, d’où le numéro de 18 déjà cette année (il n’y a pas déjà eu 18 équivalents d’un cyclone ou ouragan cette année, mais il y a eu 18 tempêtes tropicales, dont certaines se sont développées en typhon, cette année dans le Pacifique).

Et donc ouais, il nous a bloqué une bonne partie du week-end. Bon déjà, tout samedi, il a plu, et ensuite, dimanche, on l’attendait dans la journée, puis il a ralenti et était prévu au milieu de la nuit, et il est finalement arrivé en soirée. Drôle de journée donc, où on s’est réveillés avec du soleil au lieu d’une tempête. Mais bientôt les nuages sont arrivés, puis la pluie dans l’après-midi, et finalement le vent en fin d’après-midi. Vent qui allait aller en s’accentuant jusqu’à la pause de l’œil du cyclone qui nous est donc bien passé dessus (une première je crois), et pendant laquelle on a eu la sensation que c’était terminé pendant une heure, et puis ça a repris, mais finalement assez peu et tout s’est finalement terminé un peu avant minuit.

Ça ressemblait un peu à ça (vidéo très courte car on ne voit pas grand chose finalement et je ne voulais pas noyer mon téléphone) :

 

 

Ayant vécu plusieurs ouragans floridiens et pas des moindres (pas les pires non plus), il est vrai que les typhons à Takamatsu sont bien moins destructeurs et me font beaucoup moins peur. N’oublions pas que la Mer Intérieure de Seto est une mer… intérieure… elle est – et nous avec – encerclée de montagnes, et donc quand les typhons nous atteignent c’est toujours relativement affaiblis qu’ils arrivent.

En gros, pour vous donner une idée, dans mon coin de Japon, quand un typhon arrive, on s’inquiète parce qu’un problème pourrait arriver, en Floride, quand un ouragan arrive, on se prépare parce qu’un problème va arriver.

Au final, aucun problème dans mon quartier, juste beaucoup d’eau au sol (le parc d’à côté est devenu temporairement une mare), pas mal de branches par terre, et c’est à peu près tout. D’autres coins du Japon n’ont pas eu notre chance (Kyushu, comme souvent), voire même ici (Ogijima n’a pas été épargnée, même si les dégâts sont assez mineurs).

Cet après-midi, nous avons décidé d’aller nous promener au Sunport, et nous avons eu une drôle de surprise en voyant l’état de la Seto Sea Palette (la promenade au nord du port). Voyez plutôt :

 

On commence avec de drôles de cadeaux faits par la mer :

 

 

Ensuite, ce fut un peu flippant :

 

 

J’imagine que ces dalles n’étaient pas très bien scellées, mais il y en avait vraiment un grand nombre. Impressionnant ce que le vent et la mer combinés peuvent faire. Par contre, je n’ose imaginer que ces derniers ont transportés les dalles loin de leur place originale, et que celles qui sont plus ou moins entassées dans le coin l’on été par quelqu’un ce matin. Mais je n’en sais rien.

 

 

 


A propos de David Billa

David vient du Sud-Ouest de la France. Après quelques années passées aux États Unis et quelques autres à Paris, c’est aux abords de la Mer Intérieure de Seto qu’il s’est finalement posé. Subjugué par la beauté de cette région malheureusement si méconnue, il a créé ce blog pour vous la faire découvrir.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Après le Typhon

  • Telly

    Étonnant que ce soit des objets fixés au sol qui aient le plus souffert !
    Je n’ai jamais vécu d’ouragan et curieusement je n’y tiens pas ! J’espère pour toi que c’était le dernier de la saison.

    • David Billa Auteur de l’article

      Oui, ça m’a pas mal intrigué aussi, d’où l’article.
      J’imagine qu’ils n’étaient pas en très bon état et avait besoin d’un peu de rénovations, du coup, ils vont les avoir.

      Vivre un ouragan n’est pas très amusant, mais sauf si on se retrouve dans une situation dangereuse, c’est assez ennuyeux en fait. On attend et on attend et on attend…