Bientôt sur Ogijima : Damonte & Co


Il y a en ce moment un petit problème sur Ogijima.

En 2016, deux de ses cafés-restaurants les plus populaires ont fermé !

Murakami Shoten, le petit restaurant de Mme Murakami, accueillait les visiteurs à l’entrée du village depuis environ 60 ans, mais il a récemment fermé. Malheureusement, la santé déclinante de Mme Murakami (bientôt 90 ans, à moins qu’elle les ai déjà atteints) ne lui permet plus de s’en occuper. Sa fille avait pris la relève pendant la Triennale de Setouchi depuis l’été, mais comme elle vit à Osaka, elle ne peut s’en occuper en temps normal et sur le long terme (à moins qu’elle ne décide de revenir vivre sur Ogi ? On peut toujours espérer – et je n’ai pas d’infos sur le sujet, je ne la connais pas personnellement).

En novembre dernier, Café Tachi, le café préféré de presque tout le monde (qu’ils soient habitués de l’île, habitants de l’île, mais aussi touristes de passage) a lui aussi fermé ses portes quand Mme Kido (que tous les clients réguliers surnommaient “Maman” – ça vous donne une idée de la relation qu’elle entretenait avec eux) est devenu grand-mère à plein temps. Et si nous comprenons sa décision, nous nous sentons tous un peu abandonnés. Ei si vous vous demandez : je l’ai croisée hier avec sa fille et son petit-fils. Tout le monde se porte à merveille.

Et donc aujourd’hui, sur Ogijima, il manque vraiment de lieu où l’on peut à la fois manger bien et pas cher ainsi que simplement se reposer et prendre un café.

Attention, ne vous méprenez pas, il reste des endroits où se nourrir sur l’île. Madoka et Bistro Iori sont ouverts tous les week-ends (voire plus). Et je conseille chaudement les deux si vous voulez manger un repas faits de produits locaux et délicieux, mais ils ne sont pas exactement des cafés où l’on peut passer du temps, discuter, se reposer, etc. Ils sont des restaurants à proprement parler : on y mange, et on part.

Dorima no Ue a rouvert après avoir été fermé pendant l’hiver, mais pareillement, il s’agit plutôt d’un restaurant, et surtout, il est assez récent, et je ne l’ai pas encore essayé (il va falloir remédier à ça un de ces jours).

Shima Table est souvent ouvert les week-ends, mais pareil, c’est surtout un lieu pour manger.

Et bien entendu, il y a Onba Café, l’un de mes lieux préférés au monde (je n’exagère pas), mais dans son cas, c’est le contraire : on peut y passer l’après-midi si on le souhaite, mais on ne peut y manger des repas (seulement de délicieux desserts).

Bref, ce qui manque vraiment à Ogijima aujourd’hui, c’est un lieu où on peut à la fois manger pas cher, et passer du temps pour se détendre. Un café, quoi…

 

Mais les choses vont bientôt changer…

En fait, si vous êtes venus à Ogijima pendant la Triennale de Setouchi cet automne et si vous êtes passés à la bibliothèque, vous avez peut-être aperçu ce lieu :

 

 

Ce petit café (un comptoir tout au plus) sur la terrasse de la bibliothèque est Damonte Shokai (en japonais) ou Damonte & Co (dans les autres langues), tenu par Kaisho et Yuko Damonte qui se sont installés sur l’île l’été dernier. Un couple très sympathique, et qui ont proposé une carte de boissons et d’en-cas à la fois imaginatifs et délicieux.

Mais voila, le lieu était temporaire et a fermé à la fin de l’automne. Ce n’était que partie remise, car il s’agissait surtout de déplacer le café vers un lieu plus pratique (la terrasse est très agréable quand il fait beau, mais par temps pluvieux ou en hiver, je vous laisse imaginer) et surtout permanent.

C’est pour bientôt. D’ici quelques semaines Damonte & Co devrait rouvrir pour de bon. Il vous faudra juste un petit de patience…

Voici ce à quoi le lieu ressemblait dimanche dernier :

 

 

Et en ce moment, c’est sur le toit que se passe la majorité des travaux :

 

 

Par contre, une chose que vous ne savez peut-être pas à mon sujet, c’est que je suis sujet au vertige. Donc je ne suis pas resté très longtemps là-haut (en fait, je ne suis même pas monté sur le toit à proprement parler, je suis resté sur l’échafaudage).

Mais j’y suis resté assez longtemps pour prendre cette photo :

 

 

Quant à la vue depuis la terrasse du futur café, elle est de cet ordre là :

 

 

Je n’ai pas encore de date d’ouverture, mais je vous ferai signe.

En attendant si vous lisez le japonais vous pouvez suivre l’avancée des travaux et autres nouvelles sur Damonte & Co :

 

Et en bonus, quelques photos que Yuko a prises lors de mon passage :

 

Il y avait quand même des choses à faire sur le plancher des vaches,
donc j’ai pu donner un petit coup de main.

 

 

En haut de l’échafaudage où je ne fais pas trop le fier
(bon en même temps, personne ne m’a obligé à y monter).

 

Pas moi.

 


A propos de David Billa

David vient du Sud-Ouest de la France. Après quelques années passées aux États Unis et quelques autres à Paris, c'est aux abords de la Mer Intérieure de Seto qu'il s'est finalement posé. Subjugué par la beauté de cette région malheureusement si méconnue, il a créé ce blog pour vous la faire découvrir.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Bientôt sur Ogijima : Damonte & Co

    • David Billa Auteur de l’article

      Et couper l’électricité à la moitié du village ? 😉

      En fait c’est l’avantage des yeux et du cerveau sur les photographies. Il est facile de les ignorer quand on a de tels paysages devant soi. En photo, on ne voit presque que ça.

      • Telly

        Oui c’est vrai. Combien de fois je peste en regardant sur mon PC les photos que je viens de prendre et que je découvre un beau panneau de sens interdit ou un touriste en kway fluo ! Que bien sûr je n’avais pas vu.

        • David Billa Auteur de l’article

          J’essaie d’y faire le plus attention possible quand je prends des photos, mais pour les poteaux et les fils électriques, j’ai abandonné, sinon c’est mission impossible.

          Un truc qui marche pour entraîner ton cerveau : habituellement, par réflexe, quand on prend une photo on se focalise sur son sujet (et notre cerveau efface un certain nombre de choses). Une fois que j’ai choisi mon sujet, je me focalise sur le contour de la photo plutôt que son centre (ou l’endroit où ton sujet est dans le cadre). Ça marche pas à 100% mais ça aide vraiment à repérer les détails foireux.