Gokuraku-ji, le Deuxième Temple du Pèlerinage de Shikoku   Récemment mis à jour !


 

À peine un kilomètre après avoir quitté Ryozen-ji et donc formellement débuté le Pèlerinage de Shikoku, on arrive déjà au deuxième temple, Gokuraku-ji.

Il y a une certaine excitation à avoir franchi la première étape, on se dit que cette fois, ça y est, on y est, on ne peut plus rebrousser chemin. On arrive au deuxième temple, on est un ohenro-san, un vrai. Ce n’est plus un rêve, c’est une réalité. Pour la première fois, il reste moins de 88 temples à visiter, dans quelques minutes, plus que 86.

Tout comme Ryozen-ji, il est dit que Gokuraku-ji a été fondé par le moine Gyoki, et on dit aussi que Kobo-Daishi aurait sculpté la statue d’Amida Nyorai, la relique principale du temple. Comme souvent, quand il est question du Japon ancien, réalité et légendes se mélangent allègrement, et je ne peux ni vous certifier que c’est vrai, ni vous le démentir.

 


 

Les deux Nio gardant l’entrée sont en très bon état et avec un regard qui en dit long sur leurs intentions si jamais les vôtres sont mauvaises :

 

Le temple est plus ou moins divisé en deux parties. L’une au pied de la colline où l’on trouve un magnifique jardin au centre des bâtiments, et ensuite à flanc de collines quelques bâtiments de plus.

 

 

Une des nombreuses légendes associées à Gokuraku-ji est celle d’une femme qui ne pouvait avoir d’enfants car elle ne cessait de faire des fausses couches. Alors qu’elle faisait le Pèlerinage de Shikoku à l’envers (n’oubliez pas que c’est tout à fait possible), elle a finalement réussi à accoucher en arrivant à Gokuraku-ji. Depuis, le temple est aussi lieu de prières pour les femmes enceintes pour que leur grossesse se déroule sans problème.

 

 

Même si vous ne vous intéressez pas plus que ça au Pèlerinage Henro, si vous passez dans la ville de Naruto, dans la Préfecture de Tokushima, je vous conseille d’aller le visiter, en particulier pour son magnifique jardin.

 

Quant à nous, en route pour Konsen-ji…

 

 


A propos de David Billa

David vient du Sud-Ouest de la France. Après quelques années passées aux États Unis et quelques autres à Paris, c'est aux abords de la Mer Intérieure de Seto qu'il s'est finalement posé. Subjugué par la beauté de cette région malheureusement si méconnue, il a créé ce blog pour vous la faire découvrir.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *